Les migrants sont de retour à Calais

Les associations s’inquiètent de voir arriver à nouveau des réfugiés dans le Calaisis. Dont nombre de jeunes, ayant, pour certains, quitté les centres d’accueil pour mineurs isolés.

LE MONDE |   • Mis à jour le  | Par  Anne Guillard

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/01/21/plus-de-deux-mois-apres-le-demantelement-de-la-jungle-les-migrants-sont-de-retour-a-calais_5066640_3224.html#y76DdZXHQjkEYsdB.99

L’accalmie relative qui a suivi le démantèlement du camp de la Lande, à la fin d’octobre 2016, a duré « deux mois environ ». Aujourd’hui, associatifs et humanitaires s’accordent à dire que des réfugiés reviennent à Calais. Le mouvement est amorcé « depuis fin décembre », selon Christian Salomé, à la tête de l’une des associations historiques du Calaisis, L’Auberge des migrants.
« Des petits regroupements sont observés en journée dans le centre, près de la gare et de façon plus visible la nuit », dit le coordinateur général de Médecins du monde (MDM), Amin Trouvé-Baghdouche. Il s’agit de mineurs ayant quitté des centres d’accueil et d’orientation pour mineurs isolés étrangers (Caomie) répartis en France, ou de réfugiés interpellés, ou encore de primo-arrivants qui découvrent que la « Jungle » n’existe plus, et ce en dépit de l’hiver et du froid.
Mercredi 18 janvier, 18 heures, la température extérieure frise les – 2 °C. Neuf bénévoles de l’association Utopia 56 embarquent à bord de trois véhicules des sacs de couchage, des couvertures de survie, des vêtements et une cinquantaine de repas chauds, préparés à l’Auberge des migrants. Ils vont sillonner les rues de l’agglomération, comme tous les soirs depuis le 7 janvier, à la rencontre de réfugiés qui tentent de gagner le Royaume-Uni.
Cette association bretonne vient en aide aux migrants depuis janvier 2016, d’abord à Calais, puis à Grande-Synthe et enfin à Paris. Elle compte aujourd’hui quelque quatre mille bénévoles, dont « certains actifs en permanence ».

En savoir plus sur Le monde