La justice ordonne des mesures d’aide pour les migrants à Calais

Le juge des référés du tribunal administratif de Lille a été saisi la semaine dernière par onze associations d’aide aux migrants qui lui demandaient d’enjoindre les autorités à prendre des mesures pour mieux prendre en charge les migrants de Calais. Dans sa décision rendue ce lundi soir, il refuse d’ordonner la création à Calais d’un centre d’accueil d’urgence pour les migrants, mais ordonne des mesures pour leur venir en aide : création de points d’eau, de sanitaires ou encore autorisation des distributions de repas.

Dans sa décision, le juge des référés rejette la demande de création d’un centre d’accueil pour les migrants à Calais, dans la mesure notamment où l’État a fait le choix d’orienter les migrants dans des dispositifs mis en place ailleurs en France, et parce qu’il ne s’estime pas compétent pour ordonner une telle mesure.

En revanche, le juge des référés ordonne la mise en place de dispositifs pour venir en aide aux migrants de Calais, «  pour éviter que les personnes concernées soient exposées à des risques de traitements inhumaines et dégradants  ».

Il ordonne ainsi le renforcement des maraudes à destination des mineurs, la création, «  selon des modalités qui restent à déterminer entre l’ensemble des acteurs concernés  », de plusieurs points d’eau et de sanitaires, et le renforcement du dispositif d’accès à des douches «  réservé jusqu’à présent aux personnes malades et en particulier à celles atteintes de la gale  ».

Il oblige aussi les autorités «  à laisser les associations continuer à distribuer les repas  » dans les conditions déjà fixées par le juge des référés, dans une ordonnance du 22 mars dernier. Il ordonne enfin l’organisation de départs vers les centres d’accueil et d’orientation (CAO), pour une mise à l’abri d’urgence.

«  Ces mesures doivent commencer à être exécutées dans un délai de dix jours  », précise le tribunal administratif de Lille.

A lire sur la Voix du Nord