La France va renvoyer un Soudanais dans son pays

Arrêté dans la jungle de Calais le 26 octobre, un Soudanais va être renvoyé dans son pays. Amnesty International s’inquiète, les Soudanais de retour étant exposés à de graves violations de leurs droits humains.

Baker vivait dans la jungle de Calais. Le 26 octobre, au troisième jour de démantèlement de la jungle, il a été interpellé et transféré vers le centre de rétention de Vincennes.
Mardi soir 22 novembre, il devrait être renvoyé dans le pays qu’il a fui. Il doit prendre le vol de 21 h 20 de la Qatar Airways. Après une escale à Doha, il sera retourné au Soudan dans une région, le Kordofan, dont la situation n’a rien à envier au Darfour. « La situation des droits humains au Soudan continue d’être particulièrement inquiétante », insiste en effet Amnesty International, qui rappelle que « les ressortissants soudanais originaires de régions en conflit, tel que le Darfour, le Kordofan du Sud ou encore l’Etat du Nil bleu, ne doivent pas être renvoyés au Soudan ». Ces défenseurs des droits de l’homme estiment en effet qu’« ils y sont exposés à un risque réel de violations de leurs droits humains dès leur arrivée, y compris à Khartoum, par les services de sécurité, notamment de la part du National Security Intelligence Service (NISS) ».

En savoir plus sur Le Monde