Des mineurs isolés obligés de travailler dans des fermes, selon une organisation britannique

Selon une enquête de l’organisation de charité britannique Citizens UK, rapportée le 19 novembre par le journal britannique The Independant et le 20 novembre par le site de la chaîne de télévision LCI, certains migrants mineurs évacués du camp de Calais et hébergés en CAOmi ont été forcés à travailler. Citizens UK s’appuie sur une enquête faite par téléphone auprès de trente-trois adolescents le semaine du 14 novembre. « Trois des garçons ont dit aux chercheurs qu’on les avait fait travailler dans des exploitations fruitières qui fournissent les supermarchés en nourriture et trois autres ont dit que des adultes vivaient dans un hébergement conçu exclusivement pour les enfants », explique The Independant.

AFP/Getty Images
AFP/Getty Images

Selon Citizens UK, certains jeunes migrants disent qu’ils se sentaient « mieux » à Calais, tandis que d’autres s’inquiètent de la lenteur de leurs démarches administratives. L’organisation se montre extrêmement critique en ce qui concerne la politique des Etats français et britannique vis-à-vis des migrants mineurs isolés. « Même si les CAO sont, dans l’ensemble, des lieux sûrs pour les enfants, ils ne peuvent pas être utilisés comme excuse pour différer le transfert des enfants au Royaume-Uni », déclare le rabbin Janet Darley, de Citizens UK.

Deux articles à lire sur independent.co.uk (en anglais) et sur lci.fr