Depuis le démantèlement de la jungle, les camps parisiens « grossissent à vue d’œil »

FRANCE, Paris: Hundreds of refugees have settled near Place de Stalingrad on Avenue de Flandre in Paris, France on October 27, 2016. Most of the migrants are Eritrean, Somalian and Sudanese. Humanitarian aid group ADRA France facilitates the resettlement. - patrice pierrot
La plupart des migrants du camp de Stalingrad à Paris sont d’origine érythréenne, somalienne et soudanaise. AFP, le jeudi 27 octobre 2016.

Si la grande majorité des habitants de la jungle a été transférée vers des centres d’accueil et d’orientation (CAO), tous ne s’y sont pas résolus. Les habitants du quartier de Stalingrad, situé dans le 19ème arrondissement parisien, affirment voir arriver de nombreux migrants depuis plusieurs semaines. Près du canal Saint-Martin, cela fait longtemps que des camps de plusieurs milliers de personnes se forment, sont évacués et se forment de nouveau. La dernière évacuation en date a eu lieu le 16 septembre dernier. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a promis la création d’un centre d’hébergement près de la Chapelle pour améliorer cette situation, mais il tarde à ouvrir.

Après l’annonce du démantèlement de la jungle, de nombreux migrants l’ont quittée pour d’autres camps.« Certains occupants du bidonville sont allés à Paris. Ils vont voir comment ça se passe. Ils vont sans doute y rester pour le moment mais beaucoup disent qu’ils reviendront à Calais », expliquait à « l’Obs » François Guennoc, de l’association l’Auberge des migrants, en début de semaine. Parmi les nouveaux arrivants à Paris, certains ont refusé d’aller en CAO parce qu’ils veulent demander l’asile en Grande-Bretagne et d’autres, les « dublinés », craignent d’être renvoyés vers le premier pays européen où ils ont été enregistrés, conformément à la procédure de Dublin. Pourtant, Emmanuelle Cosse, ministre du Logement, a assuré ce jeudi sur Public Sénat qu’il n’y avait « pas d’arrivées massives de Calais sur Paris« .

Evacuation prochaine 

Le camp de Stalingrad devrait prochainement être évacué une nouvelle fois, au moment où ouvrira le centre d’hébergement prévu par Anne Hidalgo. On ne sait pas pour l’instant si le centre pourra accueillir tous les migrants qui vivent actuellement dans le camp de Stalingrad, ni s’il y aura assez de place pour les nouveaux arrivants.

A lire sur L’Obs.fr