De la “Jungle” de Calais à l’insertion par l’entreprise pour 79 réfugiés

Alors que le gouvernement ne veut plus voir de migrants errer à Calais, 79 réfugiés de l’ex-« Jungle » viennent de terminer dans le Nord une formation accélérée à la langue française et aux métiers en manque de main-d’oeuvre, dans une expérimentation inédite qui s’étendra à 1000 réfugiés en septembre.
Vendredi, en salle des fêtes de la préfecture du Nord, Soudanais, Afghans et Tchadiens brandissent avec fierté leur certificat de fin de Programme d’insertion par le logement, l’orientation et le travail (Pilot), chapeauté par le Fonds d’assurance formation du travail temporaire (FAF-TT) qui répondait à une demande du préfet du Nord.
Après trois mois et demi d’apprentissage du français avec l’Association professionnelle pour la formation des adultes (Afpa), ces 79 migrants, sélectionnés lors du démantèlement de la « Jungle » de Calais en octobre 2016, ont suivi des stages en entreprise via des sociétés d’intérim. Logés et nourris, leur procédure de demande d’asile a été accélérée.
Mohamed, grand dadais soudanais de 27 ans, quatre mois passés dans la « Jungle », raconte dans un français au niveau encourageant: « J’habite à Cantin (Nord) depuis huit mois et je travaille pour Boulanger comme préparateur de commandes à Dourges (Pas-de-Calais). Au début le français c’était difficile, mais avec la pratique, cela va aller. » Son visage s’assombrit un instant: « C’est Calais qui était très difficile. »

A lire sur France 3 Hauts de France