Featured Video Play Icon

Laurent, condamné à la générosité à Calais ?

Que risque-t-on à aider les migrants ? A quel point la générosité est-elle permise ? Ces questions, de nombreux calaisiens se les posent quotidiennement. Certains sont condamnés. D’abord au silence.

Featured Video Play Icon

Grande Synthe : cette fois, c’est la jungle

Un mois après l’incendie du camp de Grande-Synthe, aucun dispositif d’urgence ne l’a remplacé. Résultat : plusieurs centaines de migrants dorment dans les bois. Des hommes, mais aussi des femmes et des enfants.

Grande Synthe

Les derniers oubliés de Grande-Synthe

Après l’incendie du camp de La Linière à Grande-Synthe, plus de 1000 réfugiés ont été relogés en centres d’accueil et d’orientation (CAO). Mais voilà, des dizaines de réfugiés qui viennent d’arriver ou n’abandonnent pas leurs rêves d’Angleterre, dorment désormais dans le parc du Puythouck.

Caritas Calais

Migrants : retour à Calais

Une longue enquête illustre le retour des migrants à Calais, et l’absurdité de la réponse publique. Edifiant.

Featured Video Play Icon

C’était le camp de Grande-Synthe

Détruit par les flammes, le camp de Grande-Synthe avait été filmé du ciel il y a quelques jours. Une vue unique sur ce camp, installé près de l’autoroute de Calais, et où vivaient 1500 exilés.

Featured Video Play Icon

A Calais, la guerre des arrêtés contre les réfugiés

Puisque les réfugiés sont de retour, tout est bon pour les faire disparaitre de Calais. La mairie a décidé une guerrilla contre les associations humanitaires, pour les empêcher notamment de distribuer des repas aux migrants…

AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN

Calais : les mineurs isolés de retour dans les rues

Quatre mois seulement après le très médiatique démantèlement de la jungle, ce que craignaient les associations est en train de se concrétiser : de nombreux mineurs isolés sont de nouveau présents à Calais et tentent chaque nuit de monter dans des poids lourds pour rejoindre l’Angleterre.

Featured Video Play Icon

Après la loi de la Jungle, la loi de l’absurde à Calais

C’était le coeur de la jungle. Un Centre d’Accueil Provisoire voulu par le gouvernement Valls à l’automne 2015. 20 millions d’euros dépensés pour construire un véritable village, dont les habitations et les services étaient constitués de containers.

Featured Video Play Icon

La jungle vide

Nous avions filmé la Jungle de Calais lorsque 10 000 réfugiés y vivaient. Voici l’ancien « Camp de la lande », vu du ciel, aujourd’hui. Désert et glacé.

Featured Video Play Icon

Le dernier habitant de la jungle de calais

Début 2016, l’État a investi 20 millions d’euros pour créer, au milieu de la Jungle de Calais, un centre d’accueil provisoire : des containers, des douches, un suivi social. Un an plus tard, perdu au milieu du camp démantelé, le « CAP » est en cours de démolition.

Capture d’écran 2017-01-30 à 20.52.35

A Calais, opération zéro migrant

Les migrants sont de retour à Calais. Un flux qui prend de l’importance, malgré la lutte implacable menée par les forces de l’ordre. Consigne : zéro migrant, à n’importe quel prix.

Les-migrants-apprennent-à-vivre-en-dehors-des-CAO

Les migrants apprennent à vivre en dehors des CAO

Au CAO de Croisilles, les migrants, essentiellement soudanais, ont obtenu le droit de rester en France. Désormais, ils doivent envisager leur départ du centre d’accueil. Premier enjeu : trouver un logement.

Capture d’écran 2017-01-13 à 12.23.56

Le réveillon du renouveau pour les réfugiés

Après de longs et terribles mois dans la jungle de Calais, les réfugiés du centre d’accueil et d’orientation de Croisilles dans le Pas-de-Calais retrouvent petit à petit un semblant de vie normale.

Le-CAO-où-100-des-réfugiés-ont-obtenu-lasile

Le CAO où 100 % des réfugiés ont obtenu l’asile

En cette fin d’année, il y a de bonnes nouvelles pour les réfugiés de Calais. Nous suivons depuis plusieurs semaines les migrants logés dans le CAO de Croisilles, dans le Pas-de-Calais. La totalité d’entre eux a obtenu l’asile et va pouvoir rester en France après la fermeture de leur centre d’accueil.