Français Deutsch العربية English
Featured Video Play Icon

Laurent, condamné à la générosité à Calais ?

Que risque-t-on à aider les migrants ? A quel point la générosité est-elle permise ? Ces questions, de nombreux calaisiens se les posent quotidiennement. Certains sont condamnés. D’abord au silence.

Laurent a 42 ans. Deux enfants de 13 et 14 ans, il est de Boulogne sur Mer. Il travaille dans le nettoyage industriel, il ne roule pas sur l’or. A priori, Laurent est un homme comme des millions d’autres. Sauf que Laurent risque 5 ans de prison et 30.000 euros. cela fait 15 ans que ce militant no border apporte son aide aux migrants de Calais : une couverture, un hébergement, un peu de nourriture. Il y a un an, un groupe d’Iraniens lui demande de l’aide. Ils ont acheté un bateau. Leurs familles se sont cotisés, et ont le projet de traverser la manche. Impossible de les résonner. Laurent les héberge quelques jours, et fait de la place dans son garage pour stocker le petit bateau. Un matin, le passage réussi et l’enfer commence pour le militant no border. Il est accusé de délit de solidarité en bande organisé et d’être un passeur. Son procès est prévu le 27 juin au Tribunal de Boulogne sur Mer. Il était jusque là astreint à un contrôle judiciaire qui l’empêchait de parler de son expérience à la presse.