Français Deutsch العربية English
Featured Video Play Icon

Le jour où le camp de Grand Synthe a été réduit en cendres

Quelques mois après le démantèlement de la Jungle de Calais, le camp de Grand Synthe a été ravagé par un incendie. Il n’en reste presque plus rien.Le camp « de la linière » accueillait environ 1 500 migrants et venait de fêter sa première année d’existence. Seuls, 70 chalets en bois tiennent encore debout. A l’origine du sinistre, une rixe entre Afghans et Kurdes.

La moitié des 1500 réfugiés sont à l’abri, dans trois gymnases de la ville et, attendent une solution d’hébergement. Les autres, 800 migrants, manquent à l’appel, selon les comptes des associations, qui intensifient les maraudes pour leur venir en aide. En direction de la Belgique et de Calais, ils errèrent à la recherche de nouvelles jungles où s’établir avec pour seul bagage leurs rêves d’Angleterre, après avoir perdu dans cet incendie, le peu qu’ils possédaient.