Français Deutsch العربية English
Featured Video Play Icon

Après la loi de la Jungle, la loi de l’absurde à Calais

C’était le coeur de la jungle. Un Centre d’Accueil Provisoire voulu par le gouvernement Valls à l’automne 2015. 20 millions d’euros dépensés pour construire un véritable village, dont les habitations et les services étaient constitués de containers. Géré par l’association départementale La Vie Active, ce centre a servi moins d’un an. Et l’équipement est désormais totalement démantelé, tant l’Etat craint qu’il serve de nouveau point de fixation au printemps. Faire et défaire, c’est toujours du travail, pensaient les Shadocks. Mais l’absurdité de la situation est mal vécue par ceux qui ont travaillé ici à sauver des migrants. A commencer par Stéphane Duval, qui dirigeait La Vie Active.