Français Deutsch العربية English
attente

Évacuation des habitants de la Jungle, le déroulé de l’opération

Depuis 8h lundi matin, des centaines de migrants quittent la jungle avec leurs valises pour être envoyés dans différents centres d’accueil et d’orientation (CAO) à travers la France. Explications sur les étapes de leur voyage.

attente

L’évacuation des habitants de la jungle de Calais, décrite comme “une opération humanitaire indispensable” par la préfecture du Pas-de-Calais, a commencé ce matin. (Suivez notre Live ici). Voici le déroulé de l’opération, tel que prévu par la préfecture. (Le communiqué complet est disponible dans le Live).

  • Arrivée au “point d’accueil”plan-du-point-daccueil

Il s’agit d’un grand hangar destiné à organiser les départs. Devant le point d’accueil, les migrants sont divisés en trois files : une pour les personnes majeures, une pour les mineurs et une pour les familles. Des agents de l’office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) et de la sécurité civile, ainsi que les membres de plusieurs associations sont chargés d’accueillir les migrants. On leur montre alors une carte des régions françaises, et “deux régions de destination leur sont proposées”.

  • Répartition en fonction de la région choisie

Des bracelets de couleur leur sont distribués en fonction de la région choisie (marron pour le Pays-de-la-Loire, vert pour la région Auvergne-Rhône Alpes, etc). Des agents relèvent alors leur identité (“de manière déclarative”, précise la préfecture), et ils sont répartis dans de grandes tentes, où ils attendent le départ des cars. À chaque tente correspond une destination.

Le centre est équipé de sanitaires et de points d’eau, ainsi que de trois postes de secours. Un “espace nuit” pouvant accueillir 150 personnes est également prévu, pour ceux qui n’auraient pas pu monter dans un car le jour de leur arrivée dans le hangar. “Ils y recevront un repas”, précise la préfecture.

  • Départ en car

L’objectif de cette première journée d’évacuation : faire partir une soixantaine de cars, avec à chaque fois 50 personnes à leur bord, en direction des centres d’accueil et d’orientation.

  • Le bilan à la mi-journée

L’évacuation se déroulait dans le calme en début de matinée, mais devant le grand nombre de personnes bloquées dans les files d’attente depuis ce matin, de plus en plus de mouvements de foule sont déclenchés. Adeline Hazan, contrôleur général des prisons, a annoncé ce midi l’envoi d’une équipe de contrôleurs pour suivre l’évacuation de la jungle et “s’assurer du respect des droits fondamentaux”.

Selon la préfecture du Pas-de-Calais, à midi, 17 bus ont emmené 711 migrants vers 7 régions :
– Auvergne-Rhône-Alpes
– Bourgogne-Franche-Comté
– Bretagne
– Pays-de-la-Loire
– Poitou-Charentes
– Grand Est
– Nouvelle Aquitaine

S’il y a peu de heurts pour le moment, les associations craignent que la situation se tende. Christian Salomé, président de l’association L’auberge des migrants, “est beaucoup plus inquiet pour la fin de semaine, quand il ne restera que les gens qui ne veulent pas partir et qui veulent persister à rejoindre l’Angleterre”. Selon lui, les autorités et les associations sur place estiment que 2000 personnes sont réticentes à quitter la « Jungle » pour être réparties dans l’un des 451 CAO en France.