Français Deutsch العربية English
capture-decran-2016-10-19-a-10-30-24

A Calais, la plainte des associations à quelques jours du démantèlement

Quelques jours avant le démantèlement annoncé de la «Jungle» de Calais, les associations de défense des migrants montent au créneau.

Lors d’une réunion commune, onze associations ont manifesté leurs inquiétudes, et se sont opposées à la destruction de la jungle.

Face à ce qu’elles estiment constituer une atteinte aux droits fondamentaux des exilés, Emmaüs, le Secours catholique ou encore l’Auberge des migrants, ont saisi en référé le tribunal administratif de Lille pour s’opposer à l’évacuation du campement.

La question des mineurs isolés constitue un sujet fort de ce recours. Lors d’un recensement récent, les associations ont dénombré près de 1300 mineurs isolés.

François Guennoc, l’un des responsables de l’Auberge des migrants, s’inquiète de l’avenir des jeunes mineurs, livrés à eux-mêmes, à l’heure d’une accélération du démantèlement de la jungle.