Français Deutsch العربية English
Featured Video Play Icon

Laurent, condamné à la générosité à Calais ?

Que risque-t-on à aider les migrants ? A quel point la générosité est-elle permise ? Ces questions, de nombreux calaisiens se les posent quotidiennement. Certains sont condamnés. D’abord au silence.

Featured Video Play Icon

Grande Synthe : cette fois, c’est la jungle

Un mois après l’incendie du camp de Grande-Synthe, aucun dispositif d’urgence ne l’a remplacé. Résultat : plusieurs centaines de migrants dorment dans les bois. Des hommes, mais aussi des femmes et des enfants.

Grande Synthe

Les derniers oubliés de Grande-Synthe

Après l’incendie du camp de La Linière à Grande-Synthe, plus de 1000 réfugiés ont été relogés en centres d’accueil et d’orientation (CAO). Mais voilà, des dizaines de réfugiés qui viennent d’arriver ou n’abandonnent pas leurs rêves d’Angleterre, dorment désormais dans le parc du Puythouck.

Caritas Calais

Migrants : retour à Calais

Une longue enquête illustre le retour des migrants à Calais, et l’absurdité de la réponse publique. Edifiant.

Featured Video Play Icon

C’était le camp de Grande-Synthe

Détruit par les flammes, le camp de Grande-Synthe avait été filmé du ciel il y a quelques jours. Une vue unique sur ce camp, installé près de l’autoroute de Calais, et où vivaient 1500 exilés.

Featured Video Play Icon

A Calais, la guerre des arrêtés contre les réfugiés

Puisque les réfugiés sont de retour, tout est bon pour les faire disparaitre de Calais. La mairie a décidé une guerrilla contre les associations humanitaires, pour les empêcher notamment de distribuer des repas aux migrants…

AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN

Calais : les mineurs isolés de retour dans les rues

Quatre mois seulement après le très médiatique démantèlement de la jungle, ce que craignaient les associations est en train de se concrétiser : de nombreux mineurs isolés sont de nouveau présents à Calais et tentent chaque nuit de monter dans des poids lourds pour rejoindre l’Angleterre.

Featured Video Play Icon

Après la loi de la Jungle, la loi de l’absurde à Calais

C’était le coeur de la jungle. Un Centre d’Accueil Provisoire voulu par le gouvernement Valls à l’automne 2015. 20 millions d’euros dépensés pour construire un véritable village, dont les habitations et les services étaient constitués de containers.

Featured Video Play Icon

Chine : le rejet des migrants africains

La Chine a beau être le premier partenaire commercial de l’Afrique, elle a du mal à accepter les migrants venus du continent africain. Dans le quartier de « Chocolate City » à Canton, ces migrants témoignent de leur difficulté d’intégration et du racisme au quotidien.

Featured Video Play Icon

La jungle vide

Nous avions filmé la Jungle de Calais lorsque 10 000 réfugiés y vivaient. Voici l’ancien « Camp de la lande », vu du ciel, aujourd’hui. Désert et glacé.

Le-jour-où-lUniversité-a-recruté-dans-la-Jungle-de-Calais

Le jour où l’Université a recruté dans la Jungle de Calais

18 octobre : c’est un grand jour pour les 79 migrants qui ont été sélectionnés par des associations comme «  l’Auberge des Migrants » ou « l ‘école Laïque des Dunes » afin de rejoindre le campus universitaire de Lille et de bénéficier d’un programme d’intégration ( enseignement intensif de français , orientation vers des formations adaptées à […]

Featured Video Play Icon

Le dernier habitant de la jungle de calais

Début 2016, l’État a investi 20 millions d’euros pour créer, au milieu de la Jungle de Calais, un centre d’accueil provisoire : des containers, des douches, un suivi social. Un an plus tard, perdu au milieu du camp démantelé, le « CAP » est en cours de démolition.

Dubliné-le-mot-étrange-qui-condamne-les-réfugiés

Dubliné : le mot étrange qui condamne les réfugiés

C’était la promesse du gouvernement : les habitants de la Jungle de Calais ne seront pas « dublinés ». En clair, ils ne seront pas soumis à un accord européen signé à Dublin, qui oblige les demandeurs d’asile à finaliser toutes leurs démarches dans le même pays.

Capture d’écran 2017-01-30 à 21.23.35

Mariam, 13 ans, réfugiée somalienne et écolière en Angleterre

Salusbury World, est un organisme de bienfaisance, situé dans le nord-ouest de Londres. Le seul centre de réfugiés du pays, situé au sein d’une école, qui aide les enfants et les familles réfugiés au Royaume-Uni à s’adapter à la vie scolaire et communautaire.